Appellation : 

Durant l’époque médiévale, la commune de Puygros était prénommé  ARVISIUM

Ensuite en 1207, la commune fut appelée  » Gros plateau », soit PODIUM GROSSUM.

Elle devient en 1578 PUIGROS, puis en 1816 PUYGROS

Situation:

La commune de Puygros située dans le département de la Savoie (73), à proximité de Chambéry. 

La commune de Puygros s’étend au cœur du Massif des Bauges, à une altitude variant de 381 mètres au bord de la Leysse, au niveau du Trou de l’Enfer, à 1681 mètres à la pointe de la Galoppaz. Le Chef-lieu de la commune étant à 771 mètres d’altitude. La commune couvre une surface de 10,34 Km². 

Elle est délimitée, à peu près, par les ruisseaux qui l’entourent, c’est-à-dire la Leysse, la Reysse, la Terneze et le Dard.  

Outre le Chef-lieu, la commune est composée de cinq hameaux : Arvey, Fenestroz, Marle, le Chêne et le Bois. 

Elle dispose également de quatre lieux-dits : l’Epine, la Cruette, le Petit Moulin et le Verger.

La population:

En 1886, la commune de Puygros recensait 753 habitants. 

Aujourd’hui, le commune de Puygros compte 393 Puygrolains et Puygrolaines.

L’histoire:

Au XII ème siècle , la seigneurie d’Arvey comprenait les paroisses de Saint Etienne d’Arvey, Saint Marie d’Arvey, Saint Jean d’Arvey et la Thuile d’Arvey, soit respectivement aujourd’hui les communes de Puygros, Thoiry, Saint Jean d’Arvey et La Thuile.

Le premier possesseur connu de cette seigneurie fut Yon d’Arvey au XI ème siècle. 

Elle passa ensuite aux Malesmans, puis aux Amblard, à la Balme, à Seyssel.

Elle fit par relever du marquisat de Chaffardon en 1682. 

L’école:

Depuis 1834, le curé Gouverson met à disposition une chambre contiguë au presbytère qui sert d’école communale jusqu’à l’annexion de l’Eglise et de l’Etat. 

En 1867, a été construite l’école communale. 

En 1882, la Loi Jules Ferry rend l’école obligatoire, gratuite et laïque.

En 1886, l’école reçoit 180 enfants de 6 à 10 ans répartis en trois classes, soit 60 élèves par classe.

En 1978, du fait de la désertification des campagnes, l’école ne compte plus que 9 élèves.

En 1984, la construction de nouveaux lotissements dans la commune permit d’ouvrir une seconde classe. 

L’église:

Construite à l’époque sarde, en 1846, elle fut placée sous le vocable de Saint Etienne.

L’église dispose de deux cloches, en partie offertes par le Comte et la Comtesse d’Oncieu de la Bâthie. La plus grosse appelée Marie-Jeanne pèse 400 Kg, la plus petite prénommée Catherine-Christine pèse 225 Kg.

Elles furent électrifiées en 1985 à l’aide de deux moteurs chacune, un pour la volée et un pour le tintement. 

Personnages célèbres:

Deux enfants de Puygros ont laissé un nom populaire et vénéré à Lyon.

Les deux frères Caille, Joseph (1760-1841) et Antoine (1766-1828), nés au hameaux du Bois et décédés à Lyon.

Ils furent chanoines de la primatiale de Saint-Jean, et écrivirent différents opuscules remarquables. Ils fondèrent une pension-école qui devint un orphelinat pour les enfants pauvres d’où son nom « Providence Caille ».

Parmi de nombreux gestes de générosité, ils léguèrent une grosse somme pour la construction de l’église de Puygros, ainsi que divers ornements sacerdotaux. 

Leur nom donna naissance à un jeu de mots célèbres : « Voyez la pie portée par deux cailles ».En effet, le Pape Pie VII, désirant visiter la chapelle de Fourvières, fit l’ascension de la sainte colline dans un fauteuil porté par les deux frères Caille.

La légende de la Croix du Miradou:

Sur la colline de Miradou se dressent les ruines d’une vielle tour féodale, seul reste d’un château démoli par les mains des villageois qui s’étaient insurgés contre le seigneur Noble Amblard de Chignin, auteur d’un crime impardonnable.

La légende raconte que le Noble Amblard ne supportait pas que l’on traverse le pré en contrebas du château. Un jour, le curé et son sacristain, malgré les menaces, traversèrent le pré pour porter le viatique à un malade. Le Noble Amblard leur décrocha un coup d’arquebuse qui traversa aussi l’ostensoir. Aussitôt, les paysans se sont levés pour venger la mort de leur pasteur vénéré. Le château de l’assassin fut démoli à coups de pioche et l’on planta une croix sur la place même où le crime avait été commis.

Ce serait là l’origine du nom Miradou qui signifie « Il en a miré deux »

Comments are closed.

Close Search Window